Le tapis rouge des contributeurs-trices du documentaire LIBRE! The red carpet of contributors of LIBRE!

Un sincère merci à tous les contributeurs-trices de la campagne de financement collectif pour le documentaire Libre! La liste est longue et mérite d’être déroulée sur la vaste étendue de la page blanche (voir le tapis rouge).

A sincere thanks you to all contributors of the collective fundraiser for the documentary Libre! The list is long and needs to be carried out over the vast expanse of the blank page (see the red carpet).

Par la même occasion, je vous partage un court texte écrit lorsque j’étais tout emballée de débuter mes remerciements personnels. Il parle de moi et du processus du projet. Il parle de vous tous-tes qui l’avez matérialisé. Et oui, j’étais dans un trip d’analogies.

Vous pouvez aussi aller directement à la liste.

A the same time, I share you a text written when I was all excited to start my personal thanks. It’s about me and the project process. It’s about you all who have materialized it. 

* Unfortunately I have not translated the text into English (I’m not good enough). You can go directly to the list.

***

LIBRE: « QUI A LE POUVOIR D’AGIR, DE SE DÉTERMINER À SA GUISE » 

(Larousse 2015)

De la neurone à l’électron

Le développement d’un projet comporte plusieurs phases : la première étant le désir d’accomplir quelque chose, une voix qui te pousse à l’action sans savoir au départ où celle-ci te mènera. Une multitude d’idées s’entassent alors dans ta tête, sans liens. Chaque neurone est une idée potentielle. À force de les bousculer, de les associer, de les approfondir, d’en tracer les contours, d’en laisser tomber et d’en laisser venir de nouvelles, l’une suscite tout à coup une excitation profonde. Toutes les autres s’ameutent autour d’elle, naturellement. Tes neurones sont maintenant des électrons puissance mille : une charge d’énergies te soulève.

C’est ainsi que l’idée du documentaire Libre a émergée pour ensuite jaillir au point de me submerger complètement. C’est une rencontre entre cette mouvance intellectuelle et spontanée, et le hasard (certains diront qu’il n’y a pas de hasard — je suis assez d’accord), entre ma volonté de faire un projet documentaire sur les mode de vie alternatifs et mes lectures sur l’Europe de l’Est, alors que je partais en voyage sans destination précise.

 Le filon

Tu as le filon sans savoir comment il se déploiera ou jusqu’où il t’amènera, mais ton être tout entier a envie de le déterrer. Je lis sur les minorités visibles du pays, les Allemands, les Hongrois, les Aroumains, sur les minorités religieuses, les communautés isolées géographiquement, etc. On parle quelque part des Motsi dans les montagnes. De leur douce révolte lors des envahissements germains, slaves et austro-hongrois. De leur mode de vie ancestral conservé jusqu’à présent, mais jamais gagné. La chute du communisme, l’entrée du pays dans l’Union Européenne, les changements éventuels que cela entraînera dans les villages autosuffisants. Le filon se transforme en trésor. Un filon d’or.

La répartition de la richesse

 Elle est belle cette gemme, mais elle est brute et seule. Elle peut se mirer de sa qualité, de sa beauté et de son passé, mais sans la reconnaissance des autres de sa valeur, elle n’est que roche, pierre, sédiment. Il faut des volontaires pour la tailler, la polir et l’estimer. Et c’est là que chaque contributeur-contributrice du financement collectif, chaque personne qui m’a encouragée et toutes celles qui m’offrent de l’aide sous différentes formes entrent en jeu. Vous êtes ces tailleurs de pierre précieuses, ceux qui ont permis à mon projet d’exister dans son ampleur. Vous êtes ces semeurs de graines qui vont me permettre de cultiver le jardin. Vous avez compris l’analogie : vous êtes ceux qui donnent un sens à ce projet fou issu d’une surchauffe de neurones.

Le saut

Une campagne de financement collectif c’est se lancer dans le vide. Pour être certain de sauter, il faut beaucoup de temps de préparation. Il te faut surtout communiquer. Dire à tout le monde que tu vas sauter. Il faut aussi que tu sois prêt à toutes éventualités. Il est possible que tu n’en retires rien. Il se peut que cela n’intéresse personne. Assurance et humilité à part égale sont nécessaires. Quand tu reçois ton premier encouragement, tu as envie de crier de joie. Parce que le pire moment est entre le saut et l’atterrissage. Ta première tape dans le dos te rapproche du sol, doucement. Ta peur, n’est pas de ne pas réussir, mais que les gens ne voient pas le vide, le saut, la pierre précieuse, l’art, le social, les autres. Et peu à peu, il y a plein de yeux ouverts qui te réconfortent, soit parce qu’ils ont hâte de voir le sédiment en pierre précieuse, soit parce qu’ils trouvent ça cool que tu tailles encore de la pierre, que tu sautes. Soit parce qu’il t’aime. Dans tous les cas, c’est beau. Plein de beauté, de grâce et de fureur.

Je le trouve poétique ce projet.

Brut.

Merci.

Merci à/Thank you to:

  1. Charles Ruelland
  2. Urzica llinca
  3. Emmanuelle Caron
  4. Octavian Boureanu
  5. Caroline Simard
  6. Maria Tuineag
  7. Vanessa Martin
  8. Benoît Côté
  9. Chantale Proulx
  10. André Boulagnon
  11. Marie Girard
  12. Patsy Pineault
  13. Sarah Chênevert-Beaudouin
  14. Ion Gorodenco
  15. Christian Tremblay
  16. Maria Cherba
  17. Alexandre Michaud
  18. Mélanie Lemieux
  19. Marie-Claude Guay
  20. Louis-Charles Gauthier
  21. Valerian Mazataud
  22. Ara
  23. Pascal Bergeron
  24. Daniela Bularda
  25. Sandy Trembay
  26. Ibelle Brassard
  27. Julie Gauvin
  28. Valerie Cailean
  29. Geneviève Riverin
  30. CarolIne Fortin
  31. Isabelle Bourret
  32. Stefan Bogdan
  33. Stéphanie Verrault
  34. Marc-Henri Bouchard
  35. Shirley SC
  36. Marie-Elen Larouche
  37. Valérie Trembay Gravel
  38. David Simard
  39. Arianne St-Pierre Cyr
  40. Christian Simard
  41. Serge Tremblay
  42. Stéphanie Tremblay
  43. Emmanuelle Cyr
  44. Marc-André Lavoie
  45. Élizabeth Boivin
  46. Steeve Gauthier
  47. Véronique Clément
  48. Chantale Grenon
  49. Guillaume Pilote
  50. Roxanne Guertin
  51. Ginette Blackburn
  52. Mélissa Martin
  53. Céline Côté
  54. Gérald Martin
  55. Louise Dumont
  56. Jimmy Blackburn
  57. Gertrude Côté
  58. Richard Maltais
  59. Jannine Perron
  60. Louise Fournier
  61. Jean-Philippe Gravel
  62. Stéphanie Desrosiers
  63. Marie-Ève Maltais
  64. Lucy Dumont
  65. Audrey Michaud
  66. Savu Silviu
  67. Sam Gauvin
  68. Simon Gadbois
  69. Philippe Hamelin
  70. Claude Castonguay
  71. Mylène Fauvel
  72. Céline Lambrecht
  73. Annie Tétrault
  74. Manon Gervais
  75. Marie-Christine Tremblay
  76. Éric Tremblay
  77. Michel Brassard
  78. Luc Côté
  79. Chantal St-Pierre
  80. Vanessa Blackburn
  81. Fred Dussault
  82. Rawa Chop Shop
  83. Alexandre Sergerie
  84. Marianne Fortin
  85. Valérie Duchesne
  86. Vicky Leclerc-Pilote
  87. Véronique Cyr
  88. Sylvain Giroux
  89. Yan Blackburn
  90. Jacqueline Fonteneau
  91. Luc Blackburn
  92. Carole Maltais
  93. Daniel Proulx
  94. Marcelle Proulx
  95. Annie-Pierre Guay

Remerciements spéciaux à :

Marius Grozea pour ses magnifiques photos de la Roumanie qu’il m’a permis d’utiliser pour promouvoir la campagne.

Daniela Buderla qui m’a donné la chance de créer les affiches promotionnelles de Libre en me permettant de modifier ses très belles photos.

À Valérie Tremblay-Gravel pour avoir répondu à ma détresse en contribuant au visuel des affiches.

Au CJE du Plateau-Mont-Royal pour leur immense soutien, en particulier, Geneviève T. De L’Étoile et Amélie C-F.

À Ta Das (Roy Vucino, Hannah Lewis, Mathieu Blackburn, Nasir Tremblay, Raphael Foisy-Couture, Kevin Pan, etc.), Benzoid (Lee Belley, Richard Boivin, Mathieu Blackburn), La Passe (un lieu à découvrir absolument à Montréal) et tout le monde qui sont venus au party de départ/lancement de la campagne. Ce fût une soirée magnifique.

Aux journaux en ligne maramuresenii  et DC News pour avoir fait connaître « Libre » à travers les médias roumains.

À Crina Anca Popovici pour m’avoir accordé une première entrevue.

À tous ceux et celles qui nous offrent leur soutien là-bas et qui sont à la fois lumière et boussole.Mention spéciale à Virgil et Nicoleta Cioca, Lauri Barbuica, Marius Batrina et Gianina Fiordean.

À Mathieu Blackburn qui adoucit mes faiblesses et enrichit mes forces.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s