Les amants

Mon texte, Les amants, a été retenu pour publication à la 44e édition des concours annuels de création littéraire de La Bonante. Il manque une virgule entre « la guerre »et « des amants », mais c’est beau pareil.

Catégorie: texte de 4 lignes.

Les amantsLa Bonante

Un aperçu du vidéoclip de Red Mass

Le vidéoclip que j’ai réalisé pour le groupe montréalais Red Mass est terminé. Celui-ci sortira en même temps que l’album (probablement cet automne), mais en voici un aperçu!

Red MassRed Mass Red Mass — Je suis malheurRed Mass Red Mass

Note technique

Le clip a été entièrement réalisé avec une caméra HDV (oui à cassette) et des lampes de construction. Les décors ont été construits à la main sur des cartons épais. L’animation est, elle aussi,artisanale (2D). La projection a été projetée sur des draps collés ensemble à titre d’écran (Doc tape style).

Réalisation : Jessica C.

Assistant réalisation: Anne-Marie Boivin, Pascal Bergeron et Valerian Mazataud

Conception des décors: Anne-Marie Boivin

Remerciements

 Merci à Anne-Marie Boivin avec qui j’ai débuté cette folle aventure (folle, parce que c’était réellement la folie avec quatre jours pour trouver le matériel, construire les décors et tourner au studio), à Pascal Bergeron qui l’a continuée avec engagement et créativité, et à Valerian Mazataud qui s’y est greffée à la toute fin en support au Doc tape.

À Marie-Claude Guay pour nous avoir prêté son magnifique studio de l’époque et le Centre du Plateau qui nous a loué son gymnase à prix d’ami. Guillaume Ti-Paul Paradis pour m’avoir sauvé la vie en me mettant Première Pro sur mon ordinateur, Mathieu Blackburn, entre autres, pour ses nombreux lifts et parce que je suis partie avec son char pas de permis avec la chienne de chauffer. Autrement, tous ceux et celles qui nous ont aidé à construire les décors, à découper des chauves-souris (une soirée complète!), et qui ont participé à leur animation, etc. Pascal Savard, Patricia Lafond, Sarah Chênevert-Beaudoin, Francis Grant, Pierre-Luc, Sophie Tremblai (pour nous avoir divertit), et tous les amis à Anne-Marie dont je ne connais malheureusement pas les noms. Aux deux merveilleux « acteur-actrice » Roy et Hannah pour leur patience et leur amour de l’art. Vive le Doc tape!

 

Le tapis rouge des contributeurs-trices du documentaire LIBRE! The red carpet of contributors of LIBRE!

Un sincère merci à tous les contributeurs-trices de la campagne de financement collectif pour le documentaire Libre! La liste est longue et mérite d’être déroulée sur la vaste étendue de la page blanche (voir le tapis rouge).

A sincere thanks you to all contributors of the collective fundraiser for the documentary Libre! The list is long and needs to be carried out over the vast expanse of the blank page (see the red carpet).

Par la même occasion, je vous partage un court texte écrit lorsque j’étais tout emballée de débuter mes remerciements personnels. Il parle de moi et du processus du projet. Il parle de vous tous-tes qui l’avez matérialisé. Et oui, j’étais dans un trip d’analogies.

Vous pouvez aussi aller directement à la liste.

A the same time, I share you a text written when I was all excited to start my personal thanks. It’s about me and the project process. It’s about you all who have materialized it. 

* Unfortunately I have not translated the text into English (I’m not good enough). You can go directly to the list.

***

LIBRE: « QUI A LE POUVOIR D’AGIR, DE SE DÉTERMINER À SA GUISE » 

(Larousse 2015)

De la neurone à l’électron

Le développement d’un projet comporte plusieurs phases : la première étant le désir d’accomplir quelque chose, une voix qui te pousse à l’action sans savoir au départ où celle-ci te mènera. Une multitude d’idées s’entassent alors dans ta tête, sans liens. Chaque neurone est une idée potentielle. À force de les bousculer, de les associer, de les approfondir, d’en tracer les contours, d’en laisser tomber et d’en laisser venir de nouvelles, l’une suscite tout à coup une excitation profonde. Toutes les autres s’ameutent autour d’elle, naturellement. Tes neurones sont maintenant des électrons puissance mille : une charge d’énergies te soulève.

C’est ainsi que l’idée du documentaire Libre a émergée pour ensuite jaillir au point de me submerger complètement. C’est une rencontre entre cette mouvance intellectuelle et spontanée, et le hasard (certains diront qu’il n’y a pas de hasard — je suis assez d’accord), entre ma volonté de faire un projet documentaire sur les mode de vie alternatifs et mes lectures sur l’Europe de l’Est, alors que je partais en voyage sans destination précise.

 Le filon

Tu as le filon sans savoir comment il se déploiera ou jusqu’où il t’amènera, mais ton être tout entier a envie de le déterrer. Je lis sur les minorités visibles du pays, les Allemands, les Hongrois, les Aroumains, sur les minorités religieuses, les communautés isolées géographiquement, etc. On parle quelque part des Motsi dans les montagnes. De leur douce révolte lors des envahissements germains, slaves et austro-hongrois. De leur mode de vie ancestral conservé jusqu’à présent, mais jamais gagné. La chute du communisme, l’entrée du pays dans l’Union Européenne, les changements éventuels que cela entraînera dans les villages autosuffisants. Le filon se transforme en trésor. Un filon d’or.

La répartition de la richesse

 Elle est belle cette gemme, mais elle est brute et seule. Elle peut se mirer de sa qualité, de sa beauté et de son passé, mais sans la reconnaissance des autres de sa valeur, elle n’est que roche, pierre, sédiment. Il faut des volontaires pour la tailler, la polir et l’estimer. Et c’est là que chaque contributeur-contributrice du financement collectif, chaque personne qui m’a encouragée et toutes celles qui m’offrent de l’aide sous différentes formes entrent en jeu. Vous êtes ces tailleurs de pierre précieuses, ceux qui ont permis à mon projet d’exister dans son ampleur. Vous êtes ces semeurs de graines qui vont me permettre de cultiver le jardin. Vous avez compris l’analogie : vous êtes ceux qui donnent un sens à ce projet fou issu d’une surchauffe de neurones.

Le saut

Une campagne de financement collectif c’est se lancer dans le vide. Pour être certain de sauter, il faut beaucoup de temps de préparation. Il te faut surtout communiquer. Dire à tout le monde que tu vas sauter. Il faut aussi que tu sois prêt à toutes éventualités. Il est possible que tu n’en retires rien. Il se peut que cela n’intéresse personne. Assurance et humilité à part égale sont nécessaires. Quand tu reçois ton premier encouragement, tu as envie de crier de joie. Parce que le pire moment est entre le saut et l’atterrissage. Ta première tape dans le dos te rapproche du sol, doucement. Ta peur, n’est pas de ne pas réussir, mais que les gens ne voient pas le vide, le saut, la pierre précieuse, l’art, le social, les autres. Et peu à peu, il y a plein de yeux ouverts qui te réconfortent, soit parce qu’ils ont hâte de voir le sédiment en pierre précieuse, soit parce qu’ils trouvent ça cool que tu tailles encore de la pierre, que tu sautes. Soit parce qu’il t’aime. Dans tous les cas, c’est beau. Plein de beauté, de grâce et de fureur.

Je le trouve poétique ce projet.

Brut.

Merci.

Merci à/Thank you to:

  1. Charles Ruelland
  2. Urzica llinca
  3. Emmanuelle Caron
  4. Octavian Boureanu
  5. Caroline Simard
  6. Maria Tuineag
  7. Vanessa Martin
  8. Benoît Côté
  9. Chantale Proulx
  10. André Boulagnon
  11. Marie Girard
  12. Patsy Pineault
  13. Sarah Chênevert-Beaudouin
  14. Ion Gorodenco
  15. Christian Tremblay
  16. Maria Cherba
  17. Alexandre Michaud
  18. Mélanie Lemieux
  19. Marie-Claude Guay
  20. Louis-Charles Gauthier
  21. Valerian Mazataud
  22. Ara
  23. Pascal Bergeron
  24. Daniela Bularda
  25. Sandy Trembay
  26. Ibelle Brassard
  27. Julie Gauvin
  28. Valerie Cailean
  29. Geneviève Riverin
  30. CarolIne Fortin
  31. Isabelle Bourret
  32. Stefan Bogdan
  33. Stéphanie Verrault
  34. Marc-Henri Bouchard
  35. Shirley SC
  36. Marie-Elen Larouche
  37. Valérie Trembay Gravel
  38. David Simard
  39. Arianne St-Pierre Cyr
  40. Christian Simard
  41. Serge Tremblay
  42. Stéphanie Tremblay
  43. Emmanuelle Cyr
  44. Marc-André Lavoie
  45. Élizabeth Boivin
  46. Steeve Gauthier
  47. Véronique Clément
  48. Chantale Grenon
  49. Guillaume Pilote
  50. Roxanne Guertin
  51. Ginette Blackburn
  52. Mélissa Martin
  53. Céline Côté
  54. Gérald Martin
  55. Louise Dumont
  56. Jimmy Blackburn
  57. Gertrude Côté
  58. Richard Maltais
  59. Jannine Perron
  60. Louise Fournier
  61. Jean-Philippe Gravel
  62. Stéphanie Desrosiers
  63. Marie-Ève Maltais
  64. Lucy Dumont
  65. Audrey Michaud
  66. Savu Silviu
  67. Sam Gauvin
  68. Simon Gadbois
  69. Philippe Hamelin
  70. Claude Castonguay
  71. Mylène Fauvel
  72. Céline Lambrecht
  73. Annie Tétrault
  74. Manon Gervais
  75. Marie-Christine Tremblay
  76. Éric Tremblay
  77. Michel Brassard
  78. Luc Côté
  79. Chantal St-Pierre
  80. Vanessa Blackburn
  81. Fred Dussault
  82. Rawa Chop Shop
  83. Alexandre Sergerie
  84. Marianne Fortin
  85. Valérie Duchesne
  86. Vicky Leclerc-Pilote
  87. Véronique Cyr
  88. Sylvain Giroux
  89. Yan Blackburn
  90. Jacqueline Fonteneau
  91. Luc Blackburn
  92. Carole Maltais
  93. Daniel Proulx
  94. Marcelle Proulx
  95. Annie-Pierre Guay

Remerciements spéciaux à :

Marius Grozea pour ses magnifiques photos de la Roumanie qu’il m’a permis d’utiliser pour promouvoir la campagne.

Daniela Buderla qui m’a donné la chance de créer les affiches promotionnelles de Libre en me permettant de modifier ses très belles photos.

À Valérie Tremblay-Gravel pour avoir répondu à ma détresse en contribuant au visuel des affiches.

Au CJE du Plateau-Mont-Royal pour leur immense soutien, en particulier, Geneviève T. De L’Étoile et Amélie C-F.

À Ta Das (Roy Vucino, Hannah Lewis, Mathieu Blackburn, Nasir Tremblay, Raphael Foisy-Couture, Kevin Pan, etc.), Benzoid (Lee Belley, Richard Boivin, Mathieu Blackburn), La Passe (un lieu à découvrir absolument à Montréal) et tout le monde qui sont venus au party de départ/lancement de la campagne. Ce fût une soirée magnifique.

Aux journaux en ligne maramuresenii  et DC News pour avoir fait connaître « Libre » à travers les médias roumains.

À Crina Anca Popovici pour m’avoir accordé une première entrevue.

À tous ceux et celles qui nous offrent leur soutien là-bas et qui sont à la fois lumière et boussole.Mention spéciale à Virgil et Nicoleta Cioca, Lauri Barbuica, Marius Batrina et Gianina Fiordean.

À Mathieu Blackburn qui adoucit mes faiblesses et enrichit mes forces.

Déroulement de la campagne de financement — Libre

On a maintenant l’équipement nécessaire pour Libre, nous sommes prêts! Now, we have the equipment for Libre, we are ready!

Bonjour, chers contributeurs-contributrices!

Nous sommes maintenant plus proche de la Roumanie, nous voici au Portugal pour travailler dans un hôtel en attendant notre départ! Voici l’équipement acheté grâce à vos contributions, comme quoi la force du groupe permet de grande chose! Nous sommes parfaitement arrivés dans nos dépenses et nous avons hâte de débuter le documentaire! Déjà, j’ai pu faire une entrevue en personne avec une roumaine à Montréal pour me parler des Motsi. Ce fût très enrichissant et agréable que de pouvoir partager sur le sujet.

Merci à tous-toutes de nous donner cette chance!

Jessica et Mathieu

Hello, dear contributors!

We are now closer to Romania, here we are in Portugal to work in a hôtel, awaiting our departure! This is the equipment we purchased with your contributions as what the group’s strength allows big thing! We are perfectly arrived at our expenses and we look forward to starting the documentary! Already, I did an interview with a romanian in Montreal about the Motsi. It was very rewarding and enjoyable to share on the subject.

Thanks to everyone to give us this chance!

Jessica and Mathieu

 

Nous avons réussi! We did it!

*english will follow

WOW! NOUS AVONS ATTEINT NOTRE OBJECTIF!
Nous sommes encore émus de constater la force du groupe!

5000 $ atteint par :

• 66 personnes en ligne +

• celles qui ont donné en mains propres à d’autres pour qu’ils le déposent sur le site +

• celles qui ont accepté de faire un show gratuit le 15 décembre dernier +

• celles qui sont venus au show +

• celles qui ont partagé notre projet et qui nous ont encouragés…

En plus, des personnes qui nous ont offert de l’aide ou qui nous aident déjà pour notre arrivée en Roumanie. C’est donc plus 300 personnes qui se sont impliquées pour que le documentaire Libre puisse exister, c’est énorme!

La curiosité que suscitent pour vous ces modes de vies alternatifs et communautaires, menacés par des changements politiques en apparence inoffensifs qui homogénéisent pourtant la structure sociale, nous touche profondément en tant qu’individu et citoyenne.

Nous sommes en effet soulevés par votre engagement. Vous nous avez donné non seulement l’élan nécessaire pour le réaliser, mais aussi la certitude que cet humble projet mérite d’être poursuivi.

Nous ne savons pas encore exactement ce qui nous attend sur le terrain, mais nous savons que la simplicité et la solidarité de ces communautés nous donnerons une bonne dose d’humilité et d’humanité. Avant même d’être sur le terrain, nous pouvons en témoigner : la campagne de sociofinancement elle-même fût empreinte de ces valeurs humaines. Au final, c’est un peu ça le but du documentaire : se rappeler comment nous pouvons être meilleur ensemble, et par la force de nos différences, et par le lien qui nous unit.

Sous peu, des photos du matériel acquis grâce à votre générosité!

Merci beaucoup!

Jessica C. et Mathieu Blackburn

***

Wow! We have reached our goal!

We are touched to see the group’s strength $ 5,000 achieved by:

• 66 people online +

• those who have given personally to others to lay down on the site +

• those who agreed to do a free show on December 15 +

• those who came to the show +

• those who shared our project and who encouraged us …

In addition, people who offered help or that help us already for our arrival in Romania. So it’s 300 people who were involved making this project possible, it’s huge!

Your curiosity about these alternative lifestyles and community, which lives threatened by seemingly harmless political changes that nevertheless homogenize social structure, deeply affects us as an individual and citizen. We are indeed raised by your commitment. You gave us not only the momentum to realize it, but the certainty that this humble project worth pursuing.

We do not yet know exactly what awaits us in the field, but we know that the simplicity and solidarity of these communities will give us a good dose of humility and humanity. The crowdfunding campaign itself was footprint of human values. Ultimately, it’s a bit likes the purpose of the documentary: remember how we can be better together, and by the strength of our differences, and by the connection between us.

Soon, pictures of the equipment acquired through your generosity!

Thank you a lot! Jessica C. and Mathieu Blackburn

Un autre article dans un journal roumain!!! Un other interview! 

http://maramuresenii.ro/documentarul-libre/

Notre objectif est presque atteint grâce à vous! Our objective is almost reached thanks to you!

Bonjour à toutes et tous!

Nous voici à 4 jours de terminer la campagne et il ne manque que 10% pour parvenir à l’objectif, soit 500$!!! La force du groupe, c’est réellement beau et inspirant. Merci de votre confiance, de votre générosité et de votre implication à la réalisation de ce documentaire. Continuer à partager dans vos réseaux, je suis certaine qu’ensemble c’est possible!!!

J’en profite pour mettre une photo de ma grand-mère qui affiche fièrement son macaron LIBRE!

****

Hello everyone!

Here we are, four days left to the campaign and it misses only 10% to reach the goal ($ 500 ) !!! The strength of the group is really beautiful and inspiring. Thank you for your trust, your generosity and your commitment to the realization of this documentary. Continue to share it, I am sure that together it will be possible !!!

I also put a picture of my grandmother who is proudly wearing the pin LIBRE!

grand-maman

Voici une première entrevue pour le documentaire…en roumain! Here is a first interview for the documentary … in Romanian!

http://www.dcnews.ro/jessica-c-documentar-libre-interviu-tanara-din-canada-care-s-a-indragostit-de-romania_461050.html

Accueillante Roumanie! Welcoming Romania!

Un autre étudiant au doctorat veut nous aider à notre arrivée! C’est super de voir l’aide qu’on aura là-bas!
An other person wants to help us with the project! It is really nice to see the help that we will have in Romania!

La campagne continue! 30 days left!

*english will follow

Salut mes cher(e)s contributeurs-contributrices!!! Il reste 30 jours à la campagne et je suis confiante que celle-ci va continuer sur sa belle envolée du début! Nous avons organisé un show à la Passe (à voir!) vendredi dernier et nous avons pu ramasser 700$ supplémentaires! N’hésitez pas à en parler autour de vous!

Hi my dear contributors!!! There is still 30 days left to the campaign and I am confident that it will continue on its beautiful soaring start! We had a show last Friday and were able to pick up an extra $ 700! Don’t hésitate to talk about it around you!

Tadas

La campagne de financement collectif pour Libre est lancée!

C’EST LE MOMENT! Après trois mois de travail acharné, je lance ma campagne de sociofinancement pour mon documentaire LIBRE dans l’univers en espérant qu’il le recevra émoticône smile J’ai besoin de tout le monde pour faire un p’tit don et partager le lien pour que ça devienne une grande chaîne humaine! Si vous aviez l’intention de nous payer un verre pour notre départ, ben c’est le moment de remplacer la bière par un geste qui aura un impact social et artistique! On a eu notre première contribution hier de Charles Ruelland! Merci!!!!!!!!!!!!!!!!!

https://www.kickstarter.com/projects/libre/libre-fragments-de-communautes-isolees-de-la-rouma

Présentation du documentaire Libre

Crédit photo : Daniela Bularda  Visuel: Jessica C. et Valérie T Gravel Graphisme: Lee Belley, Jessica C. et Valérie T. Gravel

L’initiative du projet documentaire Libre a été soutenue par plus de 65 contributeurs-trices en ligne et une centaine d’autres en personne! Visitez la campagne de financement collectif pour plus de détails. 

SYNOPSIS

Au cœur du Tara Motsilor, une communauté ethnographique peu connue de la Roumanie, les Motsi, vivent majoritairement de la culture de subsistance. C’est à travers la conservation de leurs liens avec les animaux et les traditions qu’une lutte pour la survie et la liberté se dessine au quotidien, alors que leur mode de vie est de plus en plus menacé depuis le tournant néolibéral du pays, qui a suivi la chute du communisme en 1989 et l’entrée dans l’Union européenne en 2007. C’est en partageant le quotidien de deux familles, particulièrement deux femmes, que nous connaîtrons leur histoire et leur perception des changements survenus en quelques années seulement.

MOTIVATIONS ET CHOIX ARTISTIQUES

« Libre » est née de mon intérêt pour les milieux alternatifs et les disparitions identitaires. En lisant sur la Roumanie, j’ai découvert l’existence de cette communauté ethnographique dont les origines sont peu documentées. D’abord attirée par le manque de connaissances à leur sujet, je me suis vite intéressée à leur mode de vie basée sur l’autosubsistance et leur forte identité culturelle qui les a poussés à se battre pour conserver leur territoire au fil des envahissements qu’a connu la Roumanie. Si la Roumanie n’est pas le tiers-monde ni un pays « exotique », c’est toutefois un pays charnière du passage d’une société traditionnelle à une société moderne, d’un modèle politique communiste et dictatorial à un modèle capitaliste et démocratique. En vingt ans seulement, l’ensemble des politiques sociales et économiques a changé drastiquement, marqué par la chute du communisme en 1989 et l’entrée dans l’Union européenne en 2007.

Les Motsi, m’ont fait réfléchir à notre mode de vie effréné, aux pratiques d’austérité retenues par nos gouvernements actuels, à notre « place » dans la mondialisation. Je me suis demandé comment ces personnes qui habitent dans différentes régions de la Transylvanie, berceaux des envahissements, perçoivent les changements survenus dans leur pays? De quelle façon cela affecte leur mode de vie, leur tradition, leur vision des choses? Comment s’adaptent-elles? C’est dans ce contexte de fragilité identitaire que j’ai décidé de faire un documentaire sur eux.

Filmé en cinéma direct, le documentaire prend forme dans l’intimité que j’ai partagée avec les protagonistes sur une période de plus de quatre mois. C’est par cette expérience subjective et évolutive du quotidien, que se révèle leur mode de vie et que sont dévoilées leurs pensées, leurs espoirs et leurs interrogations sur les changements actuels. Ce sont des moments de leur réalité, des conversations attrapées au vol, ou encore, des entrevues qu’ils m’ont accordées spontanément. Il n’y a eu aucune mise en scène, c’est le présent et la spontanéité qui ont primés. Pour préserver la relation d’intimité, je n’ai eu recours à aucun traducteur sur le terrain.